Get Adobe Flash player

Prouving Ground by Jim Meyers

<< Previous || Next >>

Traduit de l'article de Jim Meyers : Courage : les tenants et les aboutissants de l'achat et de la navigation d'un bateau que vous n'avez jamais vu auparavant

Si les quelque 750 miles de courants sauvages, de houles, de vents imprévisibles et de vastes étendues de nature sauvage (et d'ours) océaniques éloignées de R2AK vous amènent à croire que les humains qui se lancent dans ce défi sont des marins et des pagayeurs chevronnés de telle eaux tumultueuses, vous avez raison.
Même les plus jeunes adultes en ont l'expérience, avec quelques histoires de grandes courses océaniques à travers le monde avant qu'ils n'aient complètement traversé leur deuxième décennie. Si, d'un autre côté, vous pensiez que tous les gens qui se soumettent à cette folie se sont préparés dans les moindres détails avec un peigne à dents fines pendant des années, vous auriez tort. En fait, c'est leur expérience qui leur permet de franchir des obstacles apparemment insurmontables pour arriver ici sans préavis, avec des voiliers que certains n'ont jamais vus auparavant.
Pour certains cependant, les obstacles sont plus nombreux. Voyez Boris Rohou et Nathalie Fouet de France et, plus récemment, Team Loustic SuperSonic, du R2AK, de Port Townsend, de… peu importe. Alors que les plans ont éclos dans l'esprit de Boris il y a plus d'un an, les choses n'ont officiellement commencé qu'à l'automne dernier lorsqu'il a rencontré Nathalie lors du Morbihan Challenge.

"Tout est parti de cette blague : 'Allons en Alaska !'
Nathalie a interrogé ses amis.

Ils ont tous dit : 'Non, ne fait jamais ça !'
Alors elle a décidé de participer !"

Avec Nathalie enrôlée dans l'équipage, la première chose à faire était de trouver une embarcation. Transporter un bateau depuis la France aux États-Unis représentait un coût et des ressources prohibitifs. Leur bateau de rêve du vétéran R2AK Doug Shoup, un Seascape 18, n'était pas non plus accessible parce que (surprise, surprise) personne ne l'assurerait, pour participer à une course sans moteur ni assistance avec deux Français à bord dans le Passage de l'Intérieur. Donc, Boris a fait ce que toute personne sensée ferait en 2022 : il a commencé à passer au peigne fin Craigslist pour acheter un bateau qu'il n'avait même pas besoin d'assurer.

"Je suis Daniel, un collègue de Boris.
Il m'a appelé en septembre pour me demander si je connaissais quelques chose à propos de race to Alaska.
Je lui ai répondu :
- C'est la chose la plus stupide que quelqu'un puisse faire...
Comment puis-je aider ?"

Avec l'aide de son collègue américain, Boris a trouvé un Santana 20 pour pas cher qu'ils ont qualifié de bon.
Qu'est ce qui pourrait aller mal?
Avoir votre bateau à environ 6 000 milles présente quelques problèmes pour le préparer à une course sans moteur de 750 milles, mais cela ne les a pas découragé.

"Pour ça j'ai créé une copie en carton échelle 1/1 du Sanatan20"

Vous avez bien entendu. Boris a construit une maquette du Santana 20 en carton et s'est mis à concevoir les éléments à propulsion humaine de son vaisseau mystérieux. Heureusement, ceux-ci n'étaient pas en carton mais, tout de même, ils n'ont pas survécu au vol vers Seattle, à peine deux semaines avant le départ de la course, quand lui et Nathalie verraient enfin leur bateau pour la première fois.
Toujours sans se laisser décourager, Boris a reçu un kit d'aviron d'une ancienne équipe de la course, Team Kelp, l'a installé et a ensuite trouvé des avirons localement - la veille de la course - qui ont fini par être trop courts d'environ un pied, laissant bien trop peu d'aviron dans l'eau pour propulser un 20 pieds entièrement chargé.
Encore une fois, je vous présente les courageux Boris et Nathalie :

"- C'est cela oui : On est toujours à la recherche d'avirons !
- Oui, probablement à Victoria.
- Il est seulement midi, on est 12 heures avant le départ... on a du temps !"

Et 12 heures plus tard, Boris et Nathalie se sont lancés au départ de la très bien nommée étape Proving Ground du R2AK 2022. Les conditions totalement infâmes ont secoué et tordu leur bateau, offrant une dernière surprise - et presque la fin de la course - lorsque les rivets retenant le pont à la coque ont sauté, ouvrant un trou béant de 3 mètres qui embarquait grandes eaux.
Mais c'est une histoire pour une autre fois. Autant dire que tout est réparé "mieux que neuf" et Boris et Nathalie s'installent très bien dans leur tout nouveau bateau, sans se décourager, car c'est aussi ça R2AK. Restez à l'écoute pour plus.

Post Scriptum : depuis le 21/06/22 à 00 h 00, l'équipe Loustic SuperSonic quitte le détroit de Johnstone, à environ 253 NM du point de contrôle de Bella Bella, sans aucun signe d'arrêt.

Jim Meyers, field reporter
Jim is a commercial and adventure photographer and writer based in Seattle, Washington, drawn to cover the R2AK because of an insatiable thirst for “Type II Fun” adventures.
@vertizonphoto

<< Previous || Next >>